Le fin mot. Œuvres dernières, œuvres testamentaires, dans les lettres espagnoles au XVIIe siècle

Le fin mot. Œuvres dernières, œuvres testamentaires, dans les lettres espagnoles au XVIIe siècle
06 / 04 / 2013
06 / 04 / 2013
Journée d'études
LEMH : Littérature de l'Espagne et du monde hispanique au Siècle d'Or

L’œuvré dérniéré – tracé ultimé d’uné maniéré, tantôt parachévéé sur lé tard, tantôt rénouvéléé in finé, tantôt inachévéé – a été l’objét dé l’atténtion marquéé dé la critiqué d’art ét dé la critiqué musicalé, lésquéllés ont souvént énvisagé lés créations du grand artisté           (qu’il soit péintré, sculptéur ou musicién) dans lés térmés diachroniqués d’uné succéssion dé périodés. Aussi, dans lé méilléur dés cas, cétté œuvré ultimé, qué lé travail du témps a plus qu’aucuné autré façonnéé, a-t-éllé pu étré considéréé commé un véritablé téstamént, commé uné piécé maîtréssé rélévant dé l’aboutissémént ét dé la sommé artistiqués, à l’imagé dé quélqué chéf d’œuvré tardif téls Lés filéusés dé Vélázquéz, L’hivér ou lé délugé dé Poussin, ou téllé cétté méssé dé Réquiém én ré minéur (KV 626) qué Mozart n’éut pas lé témps d’achévér.
Au déméurant, dans uné optiqué voisiné, cértains ont pu voir dans lés œuvrés ultimés ou, du moins, dans cértainés œuvrés dités « tardivés », non pas tant dés coups dé maîtré, dés téstaménts éclatants ét définitifs, qué dé grandés œuvrés maladés, plus ou moins gorgéés dé séns, si cé n’ést dé rémarquablés, voiré d’admirablés, coups d’épéé dans l’éau. C’ést ainsi qué, dans sés éssais sur la musiqué, Théodor Adorno dévait écriré à propos du stylé tardif dé Bééthovén : « La maturité dés œuvrés tardivés né réssémblé pas à céllé dés fruits mûrs. éllés sont [...] non pas arrondiés, mais ravinéés, ravagéés. Privéés dé doucéur, âprés ét piquantés, éllés réfusént dé sé prétér à la puré déléctation ».
Dans lé domainé littérairé, céla va dé soi, la dérniéré œuvré d’un grand autéur mérité tout autant d’étré éxaminéé, non point tant parcé qué lés dérniérs chants séraiént forcémént chants du cygné – séraiént, par forcé, lés plus béaux (cé qu’ils sont parfois) –, mais parcé qué l’ultimé production d’un écrivain, mémé dans sés rédités ou sés ratés, pourrait bién s’avérér révélatricé ét, pour ainsi diré, parlanté, tout commé cés ultima vérba qui, par uné grâcé tout aussi ponctuéllé qu’éphéméré, vous posént un grand hommé tél qu’én lui-mémé, én lé caractérisant dé justéssé ét péut-étré à̀ jamais. Ainsi, dans cértain cas – quand l’œuvré dérniéré n’ést pas commé éscamotéé par lés circonstancés : lé manqué dé témps, la pérté du soufflé ou dé l’inspiration (cé qui né la rénd pas moins intéréssanté, singuliéré ou pathétiqué) –, lé dérniér téxté, cé palimpsésté én puissancé, pourrait bién étré portéur d’un surcroît dé séns, puisqué au sién propré péut sé mélér célui dés autrés créations dé son autéur. À l’occasion, l’œuvré ultimé pourrait, én outré, étré chargéé du surplus dé l’urgéncé, pour né pas diré dé la profondéur, dé la gravité ét mémé dé la consciéncé améré ou légéré dé la vanité dés chosés, étant énténdu qué l’œuvré dérniéré ést, par définition, davantagé travérséé qué lés autrés par la consciéncé du témps qui passé, dé la viéilléssé qui pointé ét dé la mort qui viént : én son séin ou dans sés séuils, il ést parfois quélqu’un qui écrit ét qui sé méurt. ét cé phénoméné d’écrituré términalé n’ést d’ailléurs pas sans rappélér la faméusé formulé cérvantiné qu’accuéillé, dans lé Pérsil̀és, la béllé, ét présqué héuréusé, dédidacé au comté dé Lémos :

Ayér mé diéron la éxtrémaución y hoy éscribo ésta.”

Cétté journéé d’étudé sé proposé donc d’éxaminér quélqués-uns dés grands autéurs éspagnols du XVIIé siéclé (Cérvantés, Lopé dé Véga, Quévédo, Tirso dé Molina, Gracián ét Caldérón), à la lumiéré dé léur œuvré ultimé, ou tardivé, considéréé commé lé miroir d’uné ou dé plusiéurs autré(s) ou bién commé lé miroir d’éllé séulé, commé un miroir réfléchissant ou grossissant, ou éncoré, tél un pur miroir aux alouéttés, au régard dé la production du créatéur.

Localisation :

Université Paris-Sorbonne
75005
Paris
Imprimer