Vous êtes ici : AccueilFormation doctorale
Araceli GUILLAUME-ALONSO

Araceli GUILLAUME-ALONSO

CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique
oui
Béatrice PEREZ

Béatrice PEREZ

CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique
oui

Séminaire CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique

 

Culture matérielle et vie quotidienne. Permanence et innovation.        

 

Pouvoir et Richesse. Réalité sociale et promotion

     

    En 2016, le séminaire a changé de thème pour revenir à une étude plus resserrée autour de la monarchie espagnole depuis son cœur administratif et politique, et en 2017, il a pousuivi cette enquête :  

     

     

    La période de prédilection demeure les XVIe et XVIIe siècles, mais le séminaire entend également explorer la richesse de l’âge moderne des Bourbons en Espagne. Ainsi, des séminaires consacrés à des figures institutionnelles ont traité les maîtres de chapelle ; les membres d’ordres militaires et religieux ; les consuls ou les figures du contrôle, les inquisiteurs ; les marchands ; les nourrices, etc. Les contributions seront rassemblées et publiées dans un volume monographique dans la Serie Monográfica de la Cátedra de estudos Sefarditas Alberto Benveniste de Lisbonne. Ce cycle toutefois n’a pas oblitèré pas les « vieilles thématiques » qui continuent de mobiliser les chercheurs de CHECLA.

     

    En 2018, le séminaire s'oriente vers de nouvelles réflexions:  Culture matérielle et vie quotidienne. Permanence et innovation d'une part, Pouvoir et Richesse. Réalité sociale et promotion d'autre part.

     

     

     

    Parellèlemement à ces nouveaux champs, la composante porte un projet de formation innovante, FORMHIS  [Formation Internationale en Histoire Sorbonne / Sevilla / Sanlúcar], qui se déroulera à Sanlúcar de Barrameda et à Séville, en partenariat avec le Département d'Histoire moderne de l'Université de Séville et la Fundación Casa Medina Sidonia. Cette collaboration que nous poursuivons s'inscrit dans un programme au long cours qui a vocation à déboucher sur un Master International Sorbonne / Séville. 

     

    Les intervenants dans les séminaires, lors des Formations ou des colloques organisés par la composante, sont issus des universités avec lesquelles CHECLA a noué, au fil des années, des liens étroits qui se concrétisent dans des rencontres conjointes et des projets (de publications et de recherches) communs. Ainsi, plusieurs membres de CHECLA sont partie prenante dans le projet ANDATLAN porté par le Département d'Histoire moderne de l'Université de Séville. Ensemble, des historiens modernistes de Séville, des membres de CHECLA, des membres du LEMH et des littéraires de la Ca'Foscari ont constitué un Séminaire Internacionale de Recherches SUR autour de la figure du marchand.

     

    Le premier volet de SUR (I), intitulé El mercader. Un hombre de saberes, ouvre une série de rencontres et aura lieu en octobre 2017, à Séville. 

     

     

    En 2018, la composante poursuivra SUR (II), qui se réunira à Venise, au printemps, autour du thème Marchandises et culture urbaine.

     

     

    Voir les Sessions

    La mémoire comme mode de négociation dans le gouvernement de Barcelone au XVIIe siècle

    16 / 12 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Mathias Ledroit

    La Junta de patrimonio de Italia. Un modèle de gestion du patrimoine royal ? (Monarchie hispanique, années 1590) 

    16 / 12 / 2017
    nstitut d'études ibériques et latino américaines
    Sylvain André

    L'argent ne fait pas le chanoine. Richesse et pouvoir au sein du haut clergé de Barcelone à la fin du Moyen Âge 

    20 / 11 / 2017
    Colegio de España
    Julia Conesa Soria

    Jusqu'à quel point était-il souhaitable de s'élever ? Richesse et crédit dans l'Espagne du XVIIe siècle

    21 / 10 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Sébastien Malaprade

    La figura del juez local. Entre representante jurisdiccional y mediador social 

    24 / 06 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Juan José Iglesias Rodríguez

    "Poderoso caballero es don Dinero": tesoreros y hombres de negocio en época de Carlos V 

    20 / 05 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Juan Manuel Carretero Zamora

    Le comte d'Alcaudete et la politique africaine de la monarchie hispanique (1534-1558) 

    22 / 04 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Bernard Vincent

    Trabalho feminino e Assistência domiciliária em Portugal no tempo dos Habsburgo: o papel das amas dos expostos

    20 / 05 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Fátima Reis

    Vers une nouvelle approche de la figure nobiliaire au temps des Habsbourg : le parcours de la VIIe duchesse de Medina Sidonia 

    25 / 03 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Adeline Léandre

    La figura de un gran mercader portugués, Francisco Mendes Benveniste. Redes comerciales y prácticas mercantiles ibéricas en el siglo XVI

    25 / 02 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Susana Mateus Bastos

    La figura del censor y la censura negociada 

    28 / 01 / 2017
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Manuel Peña

    Ni la oyeran si ella misma no los fuera a buscar. Caminos y batallas de la predicación itinerante entre Andalucía y las Indias (siglos XVI-XVII)

    12 / 12 / 2016
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    José Jaime García Bernal

    Ni mordaces, ni injuriadores: usos y abusos de la predicación en la Castilla moderna (siglos XVI-XVII)

    12 / 12 / 2016
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Manuela Águeda Garrido

    Poder señorial y gobierno municipal en la España de los Habsburgo. Los marqueses de Mirabel y el Ayuntamiento de Plasencia (siglos XVI-XVII)

    26 / 11 / 2016
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Miguel Ángel Melón

    Gouverner le royaume de Valence : charges anciennes et créations institutionnelles (XVIe-XVIIe siècles)

    26 / 11 / 2016
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Pascal Gandoulphe

    Idées reçues sur les Grandes découvertes espagnoles et portugaises

    08 / 04 / 2016
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Jean-Paul Duviols

    Cristóbal de Morales : l'itinéraire exceptionnel d'un maître de chapelle dans l'Espagne du Siècle d'Or

    20 / 02 / 2016
    Institut d'études ibériques et latino américaines
    Cristina Diego Pacheco

    Réformisme éclairé, réformisme modéré. Les dernières années du règne de Charles III

    09 / 01 / 2016
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Luis López Morillo
    Béatrice Perez

    Le rôle de la Monarchie Ibérique dans la création politique des espaces savants du XVIIe siècle

    12 / 06 / 2015
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Fabien Moncher

    La jurisprudence inquisitoriale : sources et activité normative

    11 / 04 / 2015
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Anita Gonzalez-Raymond

    La nobleza italiana como agente de difusión de la cultura española en el Renacimiento. El caso de los Colonna de Roma

    14 / 03 / 2015
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Thomas Dandelet

    "Galanteries grenadines", L'image du royaume musulman de Grenade à la cour de Louis XIV

    07 / 02 / 2015
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Almudena Blasco

    L'Enseignement musical dans l'Espagne de la Renaissance

    16 / 06 / 2014
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Cristina Diego Pacheco

    Geografía y fiscalidad del régimen señorial en Castilla en época de Carlos V

    28 / 04 / 2014
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Juan Manuel Carretero Zamora

    Les fêtes de taureaux du XVe au XVIe siècle : le premier grand tournant

    10 / 03 / 2014
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Araceli Guillaume-Alonso

    Convergence et transferts entre discours spirituel et discours politique dans le "Tratado llamado Leche de la fe del príncipe cristiano" (1545) de Luis de Maluenda

    10 / 02 / 2014
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Fabrice Quéro

    Se construire face à l’autre. La monarchie espagnole et le repoussoir français au XVIe siècle

    17 / 06 / 2013
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Bertrand Haan

    Constitution et circulation internationale des sermons d’autodafé

    22 / 04 / 2013
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Isabelle Rodriguez-Delafond

    Madrid, corazón de un imperio 1561, 1601, 1606

    05 / 12 / 2013
    Institut d'études ibériques et latino americaines
    Alfredo Alvar Ezquerra
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique

    Théâtre et médecine au Siècle d'Or. Une famille tolédane jette le masque: les Porres, Gaspar (? -1622) et Matías (1577-1628)

    02 / 11 / 2009
    Bénédicte Barbara-Pons
    Annie Molinié
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique

    Rencontrée de façon fortuite, la famille Porres a suscité l'étonnement à cause de la capacité d'improvisation du fils, Matías, tout jeune étudiant quand il rédigea la première relation de fêtes de l'Université de Salamanque en 1598. La recherche porte sur ses années d'étude et sur l'exercice de son art en Espagne. Matías de Porres est également intéressant pour son origine sociale, puisqu'il appartient à une famille d'autores de comedias. C'est donc l'impact de son environnement familial qu'il importe aussi de décrire, en reconstruisant un grand pan de l'activité de son père, l'un des huit directeurs de troupe officiels sous Philippe III. Très tôt marquée par l'audace et l'artifice, la carrière de Matías de Porres n’est pas sans évoquer en effet le cours aventureux d'une compagnie de théâtre. 

    Une compagnie marchande : les Rodrigues d’Évora et leurs associés. Contribution à l’étude du commerce du XVIe siècle

    06 / 10 / 2016
    César BARROS
    Béatrice PEREZ
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique

    L’objet de ce travail est d’analyser le commerce au XVIe siècle par le biais de l’étude monographique de la compagnie marchande des Rodrigues d’Évora et de leurs réseaux dans un espace géographique européen, qui eut néanmoins des répercussions dans le monde entier. Le travail présente l’avantage de porter sur une dynastie déjà répertoriée et connue, ce qui offre un cadre pour les recherches. Grâce à l'analyse du réseau, nous essayerons de comprendre comment l'endogamie a renforcé les activités commerciale et financière ainsi que la stratégie d'élargissement réticulaire. Le corpus documentaire sélectionné à cette fin porte sur la documentation produite par l’entreprise Rodrigues d’Évora: l'échange de lettres et la correspondance commerciale, d'une part; l’identification et l'étude des traites en faveur ou au nom de Rodrigues d’Évora dans les archives, d'autre part.

    Recherches sur la femme et son rôle au sein de la haute noblesse espagnole (XVIe-XVIIe siècles) : l’exemple d’Ana de Silva y Mendoza, VIIe duchesse de Medina Sidonia

    03 / 09 / 2012
    Adeline Léandre
    Araceli Guillaume-Alonso
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique
    oui

    Les « Recherches sur la femme et son rôle au sein de la haute noblesse espagnole (XVIe-XVIIe siècles). L’exemple d’Ana de Silva y Mendoza, VIIe duchesse de Medina Sidonia » s’insèrent dans le cadre de l’histoire générique et visent à récupérer la mémoire des femmes de l’aristocratie andalouse, et principalement de celles titulaires de Medina Sidonia et Niebla, à l’époque moderne. On pensera tout d’abord à la VIIe duchesse consort de Medina Sidonia, doña Ana de Silva y de Mendoza (1560-1610), fille ainée des princes d’Eboli, archétype remarquable d’une aristocrate puissante, forte et consciente de son rang en Basse Andalousie aux XVIe et XVIIe siècles. Ensuite, grâce à une étude prosopographique menée autour d'elle et plus largement de trois générations féminines des Medina Sidonia : la IXe comtesse de Niebla, les VIIe et VIIIe duchesses de Medina Sidonia, on s’attachera à décrire le statut juridique, social, économique et politique d’aristocrates à valeur d’exemples. Celui, en particulier, de l’épouse du VIIe duc, don Alonso Pérez de Guzmán el Bueno, responsable de l’Invincible Armada, permettra d’appréhender les sphères d’influence dévolues à ces femmes ainsi que leur vie quotidienne sur les terres de leur époux. A travers l’étude de la correspondance mais également, d’actes notariés, de livres de comptes et de quelques documents iconographiques issus de différents centres d’archives espagnols (Archivo General de la Fundación Casa Medina Sidonia principalement mais également Archivo General de Simancas ou Archivo Histórico Nacional sección Nobleza), on sera en mesure de comprendre les stratégies entourant le mécénat artistique et religieux d’une aristocrate andalouse, son implication dans la vie économique locale et son rôle essentiel à la fois dans la gestion de l’économie domestique et dans l’établissement de liens diplomatiques à la cour de Philippe II et Philippe III. Décrire la vie de femmes de la plus haute noblesse espagnole à Sanlúcar de Barrameda, chef lieu des territoires ducaux, permettra d’apporter une vision novatrice de la culture andalouse moderne et du dynamisme économique de ce port, longtemps sous-estimé et pourtant véritable porte d’accès de l’Amérique.

    Los Borbones consagrados: Música y liturgia de Estado en las Capilla Reales de Madrid y Versalles (1745-1789)

    02 / 09 / 2013
    Luis López Morillo
    Araceli Guillaume-Alonso (CLEA 1- Paris Sorbonne) & Pablo Lorenzo Rodríguez (Universidad de la Rioja)
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique
    oui

    Cette thèse propose, pour la première fois, une approche pluridisciplinaire (historique, sociologique et musicologique) des rapports fonctionnels existant entre les genres musicaux interprétés dans les chapelles royales de France et d’Espagne à la fin de l’Ancien régime. Elle étudie leur rôle décisif dans le processus de construction de l’image publique de la monarchie au sein des cours des deux pays.

    Conçues par les contemporains comme de véritables spectacles, les cérémonies religieuses qui se déroulaient dans les chapelles royales des Bourbons ont célébré la musique, en France et en Espagne, en cela qu’elle exaltait leur sens politique. La chapelle comme scène sacrée ; la famille royale, les célébrants, la cour et les musiciens comme acteurs ; le cérémonial, enfin, comme scénario de ces grandes représentations politiques et religieuses : ce sont les trois grandes orientations qui soutiennent une analyse croisée des deux chapelles, dans lesquelles la musique sacrée, durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, conforta une dramaturgie proche, parfois, de celle du théâtre musical contemporain.

    Musique et musiciens à la cour de Charles Quint. Etude socio-culturelle

    01 / 09 / 2009
    Louise Audubert
    Annie Molinié
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique

    L’analyse approfondie des vastes archives de la cour de Charles Quint (1500-1556) permet de retracer les activités musicales financées par ce prince de la Renaissance, à la fois Bourguignon par son père et Espagnol par sa mère, au cours d’un règne troublé et violent qui vit basculer l’héritage des ducs de Bourgogne dans l’orbite impériale des Habsbourg sur le trône d’Espagne. La première partie de cette étude détaille le contexte historique et musical du règne carolingien, ainsi que l’héritage culturel et institutionnel des règnes précédents, et tente de définir le goût musical de l’Empereur. Forte de ces éclaircissements, la seconde partie précise la vie musicale à la cour de Charles Quint, tant dans les activités palatines, que dans les manifestations des rites de la royauté et des rencontres politiques. Enfin, une histoire du fonctionnement institutionnel de cette vie musicale propose d’entrevoir les relations que les illustres chantres et compositeurs de la Chapelle ou les instrumentistes de l’Écurie et de la Chambre entretenaient avec leur employeur. Le tout est complété par un dictionnaire prosopographique consacré à quelques un des quatre cents musiciens de la cour mentionnés par la documentation, elle-même synthétisée ou publiée dans un volume d’annexes et de pièces justificatives.

    Les comédiennes-chanteuses à Madrid (1700-1767) : Étude socio-culturelle

    03 / 09 / 2007
    Caroline Bec
    Annié Molinié
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique
    oui

    Cette étude porte plus particulièrement sur les comédiennes-chanteuses, interprètes exclusives des opéras en langue espagnole qui fleurirent à la Cour comme dans les théâtres publics de Madrid pendant la première moitié du XVIIIe siècle. Les origines et divers aspects de la vie privée de ces cent vingt femmes, leurs répertoires et carrière, puis leur place dans la société madrilène, et plus largement espagnole, de l’époque sont analysés ici en détail.

    Processions et espace public à Madrid : enjeux de pouvoir (1561-1700)

    01 / 10 / 2008
    Emmanuelle Bruyère-Buvat
    Annie Molinié
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique

    L’établissement de la Cour à Madrid en 1561 et l’obtention de son nouveau statut de capitale des Espagnes transforment la configuration du système politique, économique et social sur lequel cette ville était jusqu’alors fondée. Le pouvoir royal se joint désormais aux instances municipales et ecclésiastiques dans l’organisation des fêtes religieuses accompagnées de processions de plus en plus somptueuses. Ces dernières deviennent très rapidement un objet de tensions entre les trois autorités madrilènes qui se reflètent au sein de l’espace public. L’examen d’un panorama global des processions madrilènes et de leur relation à l’espace rend compte à la fois des évolutions des dévotions religieuses et de celles de la ville elle-même, c’est-à-dire, de leur dynamique inscrite dans un tissu urbain en mouvement. Cette étude considère les aspects anthropologiques, économiques, sociaux et politiques des processions dont les enjeux sont susceptibles de modifier les équilibres institutionnels du Madrid des Habsbourg, de Philippe II à Charles II.

    Le protomédico et le contrôle des pratiques médicales dans le royaume de Castille au XVIe siècle (1477-1593)

    01 / 09 / 2008
    Marta Fernández Vidal
    Annie Molinié
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique

    Recherches sur les fournisseurs du palais royal à Madrid sous Charles II. Enjeux et significations des parures et de leurs acteurs

    05 / 09 / 2011
    Sandra MartinezSandra Martinez
    Araceli Guillaume-Alonso
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique
    oui

    Parmi les marchands, vendeurs, artisans, apprentis, corporations, qui approvisionnent Madrid et la cour en habits et parures au XVIIe siècle, se distinguent quelques personnages qui jouissent d’un statut très particulier : les fournisseurs du palais royal. La découverte de fonds d'archives inédits permet d'analyser la situation unique des fournisseurs, produit de stratégies personnelles qui les distingue de leurs corporations, et qui les place à l'intersection des institutions curiales et des corporations madrilènes, en faisant des intermédiaires privilégiés pour l'intégration des différents groupes de la Villa y Corte au moment où le roi s'installe définitivement à Madrid. D'autre part, l'étude des fournisseurs révèle la signification politique de la présence et de la parure du roi et de la reine.

    Révolution sociale et renouveau politique à l’aube des Temps modernes

    Béatrice Perez
    Araceli Guillaume-Alonso
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique

    Dossier d'habilitation à diriger les recherches intitulé : Révolution sociale et renouveau politique à l’aube des Temps modernes

    Mémoire de recherches inédit intitulé : « Mercar barato y vender caro ». Les marchands sévillans aux premiers temps de la modernité : une société « inquiète » (XVe-XVIe siècle)

    Si le monde marchand se dit au singulier, la réalité dissimule une grande variété d’individus différents dans leurs ambitions et dans la façon de construire un patrimoine pérenne. Pourtant, une seule et même tension travaille la société marchande, conduisant l’élite vers les horizons maritimes lointains ; vers l’intérieur des terres où l’investissement se fait agressif dans les riches terres oléicoles. Comment comprendre cette tension sociale ? Quelle promotion garantit – ou ne garantit guère – le commerce ?
    La carrière du marchand sévillan est un chemin étroit que l’on suit longtemps et qui, dans certains cas, assoit solidement des prétentions sociales. Ce fut le cas des marchands compromis dans le commerce américain. Mais pour caractéristique que fut la force des gains outre-mer, ce négoce n’explique pas comment, ni pourquoi, certains intègrent ce monde nouveau dans leurs horizons commerciaux quand d’autres n’y parviennent pas. L'étude tente de montrer le rôle joué par les réseaux dans la promotion des hommes, la symbolique sociale assurée par la possession foncière et la capacité du marchand dynamique à intervenir dans tous les rouages commerciaux : de la régulation à la fonction d’intermédiaire, de la compagnie au prêt, du fret à l’assurance maritime. La réflexion traite de l’entreprise familiale et de l’aventure multirisque à partir d’une analyse statistique de la société sévillane aux premiers temps de la modernité. Les modalités commerciales sont observées à travers l’étude des contrats notariés, des chartes de compagnies, des représentants lointains ou des courtiers spécialisés. Les alliances entre les marchands, les réseaux, les patrimoines, les possessions constituent le coeur du livre. Toutefois, la réflexion engage à poser, en parallèle, la question de la place de l’individu dans la nouvelle économie monde et celle, plus délicate, de la part investie en Dieu et travaillant, pour l’éternité, à la paix de l’âme. C’est ainsi le sens de cette société inquiète, en mouvement économique et en gestation conceptuelle permanente.

    Du potier au peintre d’azulejos : la genèse d’un art au temps des Philippe (1556-1668). Regards croisés sur les ateliers de Séville, Talavera de la Reina et Lisbonne

    01 / 09 / 2009
    Céline Ventura Texeira
    Annie Molinié
    CHECLA : Civilisation et histoire de l'Espagne classique
    oui

    De l’Alhambra au palais Fronteira, l’azulejo a transcendé les frontières et les siècles. Habillant les murs d’églises, de palais et de patios, il constitue non seulement une pratique ornementale représentative des goûts et des mentalités d’une époque mais aussi l’expression d’un savoir-faire développé par des faïenciers qui n’ont eu de cesse de perfectionner le geste et l’objet. Jamais appréhendé à la lumière du règne des Philippe, l’azulejo et ses artisans ont évolué au rythme des vicissitudes d’une époque mais aussi en fonction d’un contexte artistique synonyme d’échanges, de circulations et de transferts. Des difficultés économiques aux guerres dynastiques, l’azulejo a été conditionné dans sa matière et dans sa forme par les événements. La réunion des royaumes du Portugal et de Castille en 1580 engendra ainsi de nouvelles possibilités commerciales pour la production de ces carreaux de faïence mais aussi l’apport de nouvelles formules ornementales plus exotiques à l’origine d’un renouvellement des répertoires. La mise en regard des ateliers de Lisbonne, Talavera de la Reina et Séville fait ainsi émerger de nouvelles problématiques dans les processus de création de cet objet ornant et orné, et dans la définition de ces artisans désignés sous les expressions d’ollero, alfarero, malegueiro, maestro en azulejo, pintor de azulejos – une pratique en porte-à-faux entre les sphères artistiques et artisanales. L’alliance des perspectives historiques, culturelles et artistiques permet d’aborder les différentes facettes de l’azulejo, un art enraciné dans son temps et témoin d’échanges.